FRAGILE Suisse participe à la recherche scientifique

L'Hôpital universitaire de Zurich mène actuellement deux études en collaboration avec FRAGILE Suisse.

  • La première étude porte sur les différences constatées au niveau des fonctions de la main et du bras, entre une personne valide et une personne victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC) qui présente un déficit moteur touchant le membre supérieur.
  • La seconde étude détermine de quelle manière un appareil porté au poignet, par des patients souffrant d’un déficit moteur unilatéral du bras après un AVC, influe sur l’utilisation de ce membre dans la vie quotidienne.

 

L’Hôpital Universitaire de Zurich recherche encore des patients pour les deux études. Les personnes prêtes à y participer peuvent s’adresser au coordinateur, Jeremia Held: neuroreha(at)usz.ch, téléphone 044 255 56 45.


Interview de Jeremia Held

Jeremia Held est physiothérapeute, collaborateur scientifique et coordinateur de ces études.


De quoi s’agit-il?

L’une des études porte sur les différences constatées au niveau des fonctions de la main et du bras, entre une personne valide et une personne victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC) qui présente un déficit moteur touchant le membre supérieur.


Qui peut participer à cette étude?

Toutes les personnes qui ont été victimes d’un AVC ischémique peuvent participer, à condition que l’AVC ait eu lieu au moins six mois auparavant et entraîne des déficits de la motricité du bras et de la main. Ces personnes doivent pouvoir lever le bras contre la pesanteur et effectuer des mouvements simples de flexion et d’extension des doigts.


Que doivent faire les participants?
Ils sont soumis à des tests évaluant les mouvements du bras et de la main ainsi que l’attention visuo­spatiale. Pour ce faire, ils portent des capteurs de 2 cm sur trois, fixés aux bras, aux jambes et au buste ainsi que des lunettes équipées d’oculomètres (appareils qui mesurent les mouvements des yeux). Ces deux systèmes permettent d’effectuer différents tests moteurs, utilisés dans le domaine de la réadaptation des personnes victimes d’AVC.


Quelle est l’utilité de cette étude pour les participants?
Les participants ne profitent pas directement de leur collaboration au projet. Cependant, l‘étude permettrait d’améliorer la connaissance des mouvements du braset de la main. Ces résultats pourraient servir à mettre au point de nouvelles approches thérapeutiques qui seraient appliquées dans la rééducation du bras après un AVC.


Quel est le but de la seconde étude?
Déterminer de quelle manière un appareil porté au poignet influe sur l’utilisation de ce membre dans la vie quotidienne. Nous effectuerons toute une série de tests avec cet appareil. Il enregistrera les mouvements des participants pendant six semaines.


Comment se déroule l’étude?
Tout d’abord, nous réunissons des données démographiques, des informations détaillées sur l’AVC ainsi que différentes appréciations subjectives. Pour ce faire, nous procédons à des interviews structurées et nous évaluons les capacités motrices de manière objective à l’aide de tests pratiques. Le contrôle effectué après six semaines consiste principalement à répéter ces tests.


Qui peut participer à cette étude?
Toutes les personnes majeures qui souffrent d’un déficit moteur unilatéral du bras après un AVC. Elles devraient être capables de lever le bras contre la pesanteur. En outre, il faudrait qu’elles puissent mettre et retirer elles-­mêmes aux deux bras un appareil qui ressemble à une montre, ou disposer d’une aide journalière pour effectuer ces opérations.


Quelle est l’utilité de cette étude pour les participants?
Elle peut avoir un effet positif sur l’utilisation du bras touché dans la vie quotidienne. En outre, nous espérons que les données et résultats obtenus apportent des connaissances utiles pour l’ensemble des patients qui souffrent de déficits moteurs après un AVC.