Une hémorragie cérébrale à 24 ans, et toute une vie bascule

Lausanne, le 8 avril 2014 / Chaque année en Suisse, 4’500 personnes de 20 à 40 ans sont prises en charge pour un accident vasculaire cérébral, un traumatisme cranio-cérébral ou une maladie qui affecte le cerveau. Nombreuses sont celles qui seront confrontées leur vie durant aux conséquences d’une lésion cérébrale. En plaçant 2014 sous le signe des jeunes cérébro-lésés, FRAGILE Suisse veut mettre leurs besoins en évidence.


 

Sabrina C. est une employée de commerce de 24 ans quand les médecins lui diagnostiquent une hémorragie cérébrale. Agée aujourd’hui de 26 ans, elle vit avec les conséquences invisibles de sa lésion cérébrale : difficultés à se concentrer, perte du sens de l’orientation et des performances professionnelles nettement diminuées. Si elle a dû renoncer à un travail qu’elle adorait, elle continue néanmoins à se battre : « Je voudrais pouvoir travailler au moins à mi-temps. » Elle trouve dans les échanges qu’organise FRAGILE Suisse avec d’autres jeunes cérébro-lésés un appui précieux.

 

Un amour se brise

Marius S., architecte-paysagiste, est victime d’un accident vasculaire cérébral à 27 ans. Père d’une petite fille d’un an, il restera deux mois dans le coma. « C’est pour elle que j’ai lutté. » Il revient chez lui après de longs mois d’absence. Mais la lésion cérébrale l’a changé. Il marche avec des béquilles et ne parvient pas à récupérer son autonomie. La situation est une rude épreuve pour la jeune famille. Sa compagne finira par le quitter en emmenant leur fille.

 

Jeunes et cérébro-lésés

De nombreux jeunes en Suisse vivent des destinées comparables à celles de Marius S. et de Sabrina C. Chaque année, 4’500 personnes de 20 à 40 ans sont hospitalisées à cause d’un accident vasculaire cérébral, d’un traumatisme cranio-cérébral, d’une tumeur ou d’une maladie qui touche le cerveau. Les séquelles qu’elles devront affronter sont souvent irréversibles.

Ces jeunes pourront-ils malgré tout terminer leur formation? Parviendront-ils à se faire une place dans le monde du travail ? Trouveront-ils une compagne ou un compagnon ? Le sort des jeunes cérébro-lésées nous interpelle. Voilà pourquoi FRAGILE Suisse, l’association suisse pour les personnes cérébro-lésées et leurs proches, a choisi de placer leurs besoins au centre de ses activités en 2014.

 

Des projets avec et pour les jeunes

« Les jeunes dont la vie bascule à la suite d’une lésion cérébrale n’ont souvent pas encore d’expérience professionnelle ni de réseau social », explique Marcel Odermatt, directeur de FRAGILE Suisse. « Gérer un quotidien qui est totalement bouleversé relève dès lors d’un vrai défi. » FRAGILE propose à ces jeunes des possibilités d’échanges. A leur initiative, elle a créé un forum en ligne. D’autres projets sont encore prévus cette année, de concert avec les jeunes concernés.

 

Pour toute information supplémentaire, s’adresser à :

Carine Fluckiger
Responsable RP - Romandie de FRAGILE Suisse

fluckiger(at)fragile.ch

Téléphone : 076 206 02 63

Edition spéciale du Journal de FRAGILE Suisse

Une édition spéciale du Journal de FRAGILE a été consacrée aux jeunes cérébro-lésés. Les témoignages de cinq jeunes cérébro-lésés y sont présentés. Ils y racontent comment ils gèrent leur handicap et ses conséquences au quotidien, et quels sont leurs rêves.

 

Cette édition spéciale peut être téléchargée comme fichier PDF ou commandée par mail auprès de FRAGILE Suisse : kommunikation(at)fragile.ch