Revue de presse

"Depuis, c'est jour, nuit, jour, nuit..."

ArcInfo, 15 mars 2018 

François C., victime d'un traumatisme cranio-cérébral et membre de FRAGILE Jura a été interviewé par le journal ArcInfo, à l'occasion de la Semaine du Cerveau 2018. Retour sur un témoignage poignant qui revient sur les conséquences visibles et invisibles d'une lésion cérébrale. 

 

L'article de ArcInfo 


"Après l'AVC de ma femme, tout a changé"

Le Nouvelliste, 8 février 2018

Membre du comité de la nouvelle association régionale FRAGILE Valais et proche-aidant, Gabriel Morard a été interviewé par Le Nouvelliste. L'article revient notamment sur son vécu de proche-aidant, suite à l'AVC de sa femme il y a 10 ans. Il présente également FRAGILE Valais et les objectifs de l'association. 

 

L'article du Nouvelliste


"Cet AVC m'a ouvert un autre univers"

Le Matin, 22 décembre 2017

Suite à son exposition "Résilience", le jeune artiste cérébro-lésé Clément Di Chirico a été interviewé par Le Matin. L'article revient sur son vécu atypique: son AVC à l'âge de 18 ans et les complications, puis la reprise de ses études d'art et la poursuite de ses rêves de dessinateur. 

 

L'article est à disposition sur demande à l'adresse suivante: correvon(at)fragile.ch


Vivre avec des handicaps qu’on ne voit pas

Handicap & politique, mai 2017

Il y a cinq ans, Sandra J. a été victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC). En 2004, Gabriel S. est victime d’un accident de travail. Leur point commun? Sandra J. et Gabriel S. souffrent tous deux de séquelles invisibles. Dans une interview Mme Sylvianne Imhof Zanaty, responsable de l’accompagnement à domicile chez FRAGILE Suisse, a egalement répondu à des questions sur les handicaps et les séquelles invisibles.

 

L'article du Handicap & politique 


Les lésions invisibles des traumatismes cranio-cérébraux

Arc Hebdo, 27 octobre 2016

En 2011, François C. a été victime d’un grave accident de la route. Comme de nombreux traumatisés cranio-cérébraux, il est sujet à des lésions invisibles, lourdes de conséquences. Constamment fatigué, il souffre de troubles de l’attention qui compliquent son retour au travail. FRAGILE Suisse l’aide à surmonter les difficultés de son quotidien.

 

Ces lésions qu'on ne voit pas


«J’ai rampé vers le téléphone»

Le Matin, 28 octobre 2016

Un soir d’octobre, Claire se retrouve avec le côté gauche du corps complètement paralysé. Elle parvient à appeler les secours, qui doivent défoncer la porte pour lui venir en aide. Âgée de 51 ans, cette femme en bonne santé n’aurait jamais imaginé subir un accident vasculaire cérébral. À l’occasion de la Journée mondiale de l’AVC 2016, l'article souligne les précautions que doivent prendre les personnes vivant seules pour permettre aux ambulanciers d'arriver au plus vite et diminuer ainsi le risque de séquelles.

 

L'article du Matin


Les conséquences invisibles (mais lourdes) d'un accident

Feuille d'avis du district de Courtelary, 14 octobre 2016

En Suisse, on compte entre 3000 et 5000 traumatismes cranio-cérébraux par année. Lourds de conséquences, ces derniers représentent un véritable chemin de croix pour les victimes, à l’instar de François C., qui se bat depuis son accident de la route pour retrouver une place dans la vie.

 

Le témoignage de François C.


Il y a une vie après un accident cérébral

Le Nouvelliste, 14 septembre 2016

En 2009, Fabio Bertuccio est victime d'un grave accident de la route. A l'occasion des 5 ans du centre pour personnes cérébro-lésées Valais de Cœur, le jeune homme raconte comment il a surmonté sa lésion cérébrale et trouvé l'amour. Egalement pensionnaire, Alain Quelvennec, docteur en philosophie, parle de la vie après son AVC et de son retour à l'enseignement à la HES-SO de Sierre.

 

Les témoignages de Fabio Bertuccio et d'Alain Quelvennec


Là où la vie reprend ses droits après un traumatisme cérébral

Le Quotidien Jurassien, 22 août 2016

Partenaire de FRAGILE Jura, le Centre Rencontres de Courfaivre offre une structure d’accueil et de réinsertion sociale, familiale et professionnelle pour les personnes cérébro-lésées. Son but est d’aider les résidents à retrouver leur autonomie, même si ses prestations sont encore largement méconnues du grand public.

 

Le Centre Rencontres: un havre pour les personnes cérébro-lésées


Pour les personnes victimes d'AVC, mais pas seulement

Feuille d'avis du journal de Vallorbe, 24 mars 2016

Après une lésion cérébrale, il est important de recevoir du soutien. C’est ce que rappellent les conseillères de FRAGILE Suisse, Christine Jayet-Ryser et Nicole Debrot. Les deux femmes gèrent la Helpline gratuite (800 256 256), qui a pour but d’offrir un service d’aide-conseil aux personnes cérébro-lésées.

 

Etre soutenu après une lésion cérébrale


Artiste confirmée au style évolutif

Journal du district de Moutier, 17 février 2016

Diplômée de l’École des Beaux-Arts de Lausanne, Dominique Nappez ouvre un atelier à Moutier en 1993. Depuis l'an 2000, l’artiste donne des cours aux personnes cérébro-lésées qui résident au Centre Rencontres de Courfaivre, dont FRAGILE Jura est partenaire.

 

Le parcours de Dominique Nappez


Ces séquelles si peu visibles de l'attaque cérébrale

24 Heures, 21 novembre 2015

Pour maximiser ses chances après un AVC, il est important d'appeler le 144 dès les premiers signes d'alerte. Le journal 24 Heures met en avant les handicaps invisibles dont souffrent les personnes qui ont subi un accident vasculaire cérébral.

 

L'enquête sur les lésions invisibles


L'attaque cérébrale survient tel un séisme

La Tribune de Genève, 29 octobre 2015

Christophe Le Bohec et Christine Odier témoignent de leur attaque cérébrale, survenue alors qu’ils étaient âgés respectivement de 50 et 41 ans. Si tous deux vont mieux aujourd’hui, ils rappellent que l’AVC est une urgence qui doit être prise en charge rapidement. Le 29 octobre 2015, la Journée de l'AVC s’est déroulée aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), où FRAGILE Suisse était également présente avec un stand.

 

Les histoires de Christophe Le Bohec et de Christine Odier


Un AVC et tout bascule

Migros Magazine, 26 octobre 2015

Victime d’un AVC à l’âge de 45 ans, Barbara Reffet revient de loin. D’abord en chaise roulante, puis en béquilles, cette battante a aujourd’hui bien récupéré, même si des problèmes d’équilibre, ainsi que des troubles cognitifs et de fatigue, subsistent. À l’instar de nombreuses personnes cérébro-lésées, elle a dû lutter pour retrouver un projet de vie.

 

Comment se reconstruire après un AVC: l'histoire de Barbara


Attaques cérébrales et AVC: comment récupérer et prévenir?

Capital Santé, 15 octobre 2014

En Suisse, plus de 16’000 personnes sont victimes chaque année d’un accident vasculaire cérébral. Neurologue et professeur, Julien Bogousslavsky fait le point sur la prévention, les thérapies à disposition et l’état de la recherche de ce type de lésion cérébrale.

 

L'article de Capital Santé


Récit d’une sortie graduelle du coma

La Côte, 18 juillet 2014

Victime d’un traumatisme cranio-cérébral à la suite d’un accident de travail, Gabriel Stutzmann a dû réapprendre à marcher, manger et parler. Aujourd’hui, dix ans après, ce jeune homme doté d’une grande volonté réinvente son existence et se dit heureux de s'être battu pour survivre.

 

Le récit de Gabriel Stutzmann


«Pendant longtemps, je n'ai plus éprouvé de sentiments du tout»

L'Illustré, mars 2014

Cinq ans après sa chute à Kitzbühel, le champion de ski Daniel Albrecht évoque son retour à la vie. Sollicité par de nombreux médias dans le contexte de l'accident de Schumacher, il revient sur les mois qui ont suivi son éveil du coma, avec le sens des détails parlants.

 

Daniel Albrecht: récit d'un battant


Le long chemin de survie après une attaque cérébrale

24 Heures, 29 octobre 2013

A l'occasion de la Journée mondiale de l'AVC, le quotidien vaudois 24 Heures publiait une pleine page sur le thème de l'attaque cérébrale. Avec l'émouvant témoignage de Barbara Reffet, membre de FRAGILE Vaud, l'intervention de Christine Jayet, conseillère à la Helpline de FRAGILE Suisse, et de précieuses recommandations pour prévenir un AVC.

 

Le témoignage de Barbara Reffet