Interview de Fiona de Marval

FRAGILE Suisse est allée à la rencontre de Fiona de Marval à propos de son exposition au moulin de Cugy.

 


Fiona de Marval, c’est vous l’artiste derrière les superbes peintures de l’exposition «D’or et de larmes» qui a été présentée au moulin de Cugy entre septembre et octobre 2015. Ces tableaux sont dédiés à votre amie Valentine, victime d’une chute à cheval, qu’est-ce que vous pouvez nous dire à ce propos?

 

J’ai rencontré Valentine il y a 7 ou 8 ans dans un club de fitness. Nous avions en commun la passion des chevaux et habitions le même village.


Pourquoi avez-vous voulu faire cette exposition?


Au fond de moi, je n’ai même pas réfléchi. Cela m’a paru comme une évidence. C’était une manière pour moi de m’exprimer. J’ai aussi voulu donner l’argent récolté par cette exposition à FRAGILE Vaud, car Marlène Poget, membre du comité, m’a beaucoup aidé.


Quelles ont été vos motivations?


Je voulais faire profiter FRAGILE Vaud de cet argent. Cette exposition, je l’ai aussi faite pour les gens qui vivent les mêmes drames que nous.


Pourriez-vous nous en dire plus sur les peintures de l’exposition?


Dans mon exposition, il n’y a que des chevaux en liberté. Je voulais ainsi sensibiliser les gens à la douleur physique. La peinture du flyer représente ce que je ressentais dans mon coeur et dans mon corps dans les débuts de l’accident de Valentine. Je l’ai d’ailleurs peinte à ce moment-là. J’ai fait cette exposition au moulin de Cugy, pour être proche d’où vient Valentine.


Comment avez-vous vécu la situation du coma de votre amie? Son réveil? Quels ont été vos sentiments?


C’était un cauchemar. J’ai ressenti des choses que je ne pensais jamais ressentir. Valentine était pleine de vie. C’était horrible, car on ne sait pas où on va. Ça a été un soulagement quand Valentine a commencé à bouger. Ce fut un deuxième soulagement quand on lui a demandé si elle voulait vivre et qu’elle a dit oui.


Et, maintenant? Comment va votre amie? Que ressentez-vous?


Elle ne se rappelle pas encore vraiment la personne qu’elle était, mais elle veut vivre. Elle va de mieux en mieux, nous sommes heureux qu’elle soit sortie de cet état de conscience minimale. Même si on ne sait pas où on va, on continue d’y croire et on a confiance en elle pour qu’elle puisse rester vivre à la maison, car c’est une battante.

 


Merci Fiona, nous sommes très touchés par votre geste envers Valentine et FRAGILE Vaud. Nous vous remercions pour vos réponses.

 


Entretien mené par Adline Charmelot en 2015

Devenir membre

Conseil

Don en ligne

Newsletter

Facebook

Forum